Le Club
Aujourd'hui
Victoria (18h00)Frantz (20h45)
Tous les films
Le fils de Jean Divines Nocturama Voir du pays Frantz Elektro mathematrix Iqbal, l'enfant qui n'avait pas peur Une histoire simple Victoria Mimosas, la voie de l'Atlas Toril Miss Peregrine et les enfants particuliers (vo) Monsieur Bout-de-bois Miss Peregrine et les enfants particuliers Juste la fin du monde La tortue rouge
Jeune public
Iqbal, l'enfant qui n'avait pas peur La tortue rouge
Evenement(s)
Une histoire simple Toril Miss Peregrine et les enfants particuliers (vo) Miss Peregrine et les enfants particuliers

Victoria

jeu 29/09 à 18h00
ven 30/09 à 20h45
sam 01/10 à 20h45
dim 02/10 à 18h00
lun 03/10 à 14h30
jeu 06/10 à 14h30
sam 08/10 à 18h00
lun 10/10 à 20h45
film français de Justine Triet avec Virginie Efira, Vincent Lacoste, Melvil Poupaud
[1h36,2016]

Victoria Spick, avocate pénaliste en plein néant sentimental, débarque à un mariage où elle y retrouve son ami Vincent et Sam, un ex-dealer qu’elle a sorti d’affaire. Le lendemain, Vincent est accusé de tentative de meurtre par sa compagne. Seul témoin de la scène, le chien de la victime. 
Victoria accepte à contrecœur de défendre Vincent tandis qu'elle embauche Sam comme jeune homme au pair. Le début d’une série de cataclysmes pour Victoria. 


Même en aimant beaucoup La bataille de Solférino, on ne pouvait pas tout à fait anticiper la fracassante réussite de Victoria. (...) A mesure que le film avance, Victoria ravit aussi par sa façon de s’enfoncer dans des zones plus écorchées, d’approcher en douce l’œil du cyclone d’une “middle-life crisis” carabinée. 
Dans ces remuantes décompressions, entre déprime et euphorie, soudaine profondeur et fantaisie tous azimuts, Victoria déploie toute sa grâce. Une grâce évidemment inextricable de celle de son interprète royale, Virginie Efira, jusque-là souvent très bonne dans des films moyens, qui est ici regardée et portée comme jamais, enfin éblouissante.
Les inrockuptibles

Ce qui est burlesque, c'est que tout se mélange – amitié, amour, justice – et suscite justement le débat, autour de doutes très contemporains. Victoria demande conseil, s'explique, négocie, s'autoanalyse. Son souci majeur, c'est de vivre à contretemps et ne plus très bien savoir à quel moment elle a le droit d'être romantique. Chez le psychanalyste, la voyante (grand moment d'absurdité), au prétoire ou dans l'alcôve, sa vie est une scène perpétuelle ou une arène, réservant toutes sortes de tensions et de contradictions. Victoria subit, se sent perdue, plonge dans la dépression, se bat aussi. Une nana à l'ouest doublée d'une femme d'action. Pragmatique, quand il le faut.(...) La force du film est de toujours tendre vers l'intelligence, vers un certain équilibre, sans quitter le terrain de l'intime (conviction).On aimait déjà l'aplomb de Virginie Efira. Il fallait qu'elle trouve quelqu'un qui la porte haut. C'est chose faite dans ce film, où sexy, ordinaire, glorieuse, défaite, elle incarne une superhéroïne des temps modernes. Dommage qu'il n'y ait pas de prix d'interprétation à la Semaine.
Télérama


Les avis des spectateurs...
Aucun spectateur n'a encore laissé d'avis sur ce film.
Soyez le premier à laisser un avis.




 
Le Club
39 rue Berthelot
Face à la poste et à la mairie
29100 Douarnenez
rép. : 02 98 92 42 54
tél. : 02 98 92 41 94
e-mail. : toiledessai@gmail.com

Informations pratiques